Annoncé officiellement, avec un tweet, lors du congrès sur la santé connectée organisé samedi à Bruxelles par le BHCT et soutenu par NumeriKare, le CIUM lance une « Société pour l’intelligence artificielle dans les études de santé » Giovanni Briganti explique pourquoi une telle initiative.

L’intelligence artificielle a envahi le monde médical et a causé un véritable tollé médiatique pendant l’année 2018. Plusieurs applications ont été approuvées par le FDA avec comme but de poser des diagnostics de façon autonome ; les champs de l’imagerie, l’anatomopathologie et ophtalmologie mais aussi la médecine interne se retrouvent bouleversés par la révolution digitale. Plusieurs experts aux États-Unis et en Europe ont montré que la révolution digitale implique une révolution éducative également notamment dans les études de santé, particulièrement la médecine.

Les membres du Comité InterUniversitaire des étudiants en médecine (CIUM) de la Fédération Wallonie Bruxelles ont pris conscience de ce changement important et durant l’année 2018 ont commencé une collaboration étroite avec l’organisation Building HealthCare for Tomorrow (BHCT) pour se former aux nouveaux enjeux de la santé.

Sous l’impulsion de l’Académie Royale de Médecine de Belgique ayant donné l’opportunité au président du CIUM Giovanni Briganti de s’exprimer sur le sujet face à la communauté scientifique médicale, les étudiants ont pu élaborer des réflexions quant aux changements à effectuer dans le cursus de médecine pour former les futurs médecins à la modification de la pratique médicale initiée par l’intelligence artificielle.

Ce processus a abouti à la création au sein du CIUM d’une « Société pour l’intelligence artificielle dans les études de santé » (Society for Artificial Intelligence in Healthcare Studies)

« Cette société est nécessaire pour promouvoir une nouvelle vue sur les études de médecine en Belgique et en Europe, à un moment où outre-mer, des facultés de médecine entières sont fondées de novo pour révolutionner la pratique médicale grâce aux outils digitaux » déclare le président du CIUM, Giovanni Briganti,  à l’origine de l’initiative.

Actuellement, le CIUM contacte tous les étudiants qui réalisent un mémoire en lien avec l’intelligence artificielle. « A ma grande surprise, il y en a beaucoup. On va ensuite lancer une grande réunion pour connaître leur point de vue sur l’intelligence artificielle« , a développé auprès de l’agence Belga le président de l’organisation représentative des étudiants en médecine et dentisterie.

L’idée est d’examiner dans un second temps comment adapter le programme de bachelier, avec notamment une place plus importante pour les mathématiques et l’étude des algorithmes. « On soumettra nos propositions aux autorités compétentes », a ajouté M. Briganti, selon qui la Belgique « est à la traîne en Europe« .

Samedi, le CIUM participait à un congrès sur la santé connectée organisé par l’association Building Healthcare For Tomorrow (BHCT).

Article sorti dans Médisphère, le 24/03/2019

Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Avec l’approche des élections fédérales, on commence à voir des propositions pour le moins farfelues sur le dossier inami. Notamment, avec certains membres du CDH qui proposent un examen d’entrée commun entre le nord et le sud du pays. 
Cette proposition est mauvaise à la base : les flamands pratiquent depuis 1 an un concours d’entree a places fixées (numerus fixus) tandis que la FWB possède (encore pour l’instant) un examen d’entree (réussite ou échec). De plus, l’éducation de l’enseignement secondaire et supérieur n’etant pas une compétence fédérale, il serait improbable de sélectionner nos étudiants de la même façon.
Il s’agit d’une proposition non pertinente et non nécessaire qui n’a fait qu’attiser les différences idéologiques et politiques des acteurs du dossier. Comme si, rassembler les francophones sur la question était quelque chose de facile à la base!
Plus sérieusement, la FWB est seulement en train d’essayer de se relever suite à 6 ans de politiques fédérales-communautaires complètement bipolaires. De plus, nous venons de perdre, avec une proposition de loi visant à limiter les médecins étrangers, une source stable de comblement de la pénurie de médecins en communauté française.
Il faut que les politiques cessent de « déconner » sur le dossier INAMI! Pour l’instant, la situation francophone est sous audit suite à une conférence interministérielle. Les pas nécessaires à effectuer seront déterminés prochainement, en espérant qu’ils soient dans l’intérêt de clôturer ce dossier infâme.
Article sorti dans le Spécialiste, le 23/02/2019

Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Suite à l’intervention de la ministre fédérale de la santé, Maggie De Block au sujet des quotas inami, le monde politique s’est enflammé. Le président du Comité InterUniversitaire des étudiants en médecine (CIUM), Giovanni Briganti veut remettre en ordre les priorités dans ce  dossier devenu trop compliqué pour la plupart des acteurs politiques. 
« Toutes les affirmations données par la ministre sont vraies… conditionnellement. « 
Formons nous trop de médecins ? Oui… par rapport au quotas imposés par le gouvernement fédéral. Ces quotas ont été déclarés inadaptés aux besoins de la population belge par le Conseil d’etat lors des recours de 2016 contre le concours en fin de première.
Il y a t il trop de médecins en FWB? Oui.. dans certaines spécialités, surtout chirurgicales. Nous manquons par contre cruellement de certains spécialistes (et de médecins généralistes bien évidemment). Une étude de 2015 montre que seulement 43% des médecins partant à la pension seront remplacés d’ici 2025 en FWB. Avec l’examen d’entrée, on tombe en dessous d’un médecin sur 3. La situation est grave. Du côté flamand, la flandre aura remplacé 150% de ses médecins .
Le filtre à l’entree des études est inefficace? Oui… pour limiter les étudiants francophones sur des quotas qui ne correspondent pas à la réalité des besoins du terrain. Par contre l’examen d’entree est très efficace pour sélectionner des mauvais médecins; il s’agit de la pire façon de sélectionner.
Quelles solutions peut on adopter? Il faut immédiatement retirer l’épée de Damoclès pesant sur les étudiants en cours de cursus, y compris les 2 prochaines cohortes rentrant pendant la période de formation du prochain gouvernement. Après, il faut rétablir un cadastre dynamique des équivalents temps plein par spécialité. Seul a ce moment là nous pourrons discuter sélection.
Ce débat mérite de s’arrêter pour garder un système de soins de santé de qualité et accessible à tous.
Le prochain gouvernement aura ainsi la responsabilité de sauver nos soins de santé.. ou de les enterrer.
Article publié dans Le Spécialiste, le 28-01-2019

Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Commentant la sortie de Maggie De Block sur les numéros Inami, Giovanni Briganti, président du Cium (Comité interuniversitaire des étudiants en médecine) demande qu’on mette en place des quotas en phase avec les besoins réels en médecins ETP et ce, par sous-spécialité. Il appelle également au dialogue entre entités fédérées et gouvernement fédéral. La pire solution selon lui serait un concours d’entrée avec places limitées.

Le journal du Médecin : J’ai été assez étonné par la sortie de Maggie De Block. Bien sûr, la campagne électorale a démarré, c’est clair…

Giovanni Briganti : Je ne suis pas du tout surpris car il fallait qu’elle répète cette petite histoire du contingentement qui a très bien fonctionné en Flandre. Ce n’est donc pas totalement une surprise. Les instances francophones sont  » outrées  » mais ce problème persiste depuis 20 ans. Tout cela fait suite à l’arrêté royal de juillet 2017. A cette occasion, Mme De Block avait dit  » s’il n’y a pas de filtre efficace à l’entrée, alors je mettrai fin à l’accord « . Ce qui est normal puisqu’on ne peut pas indéfiniment rajouter des numéros Inami. C’est cela la complexité du dossier. Donc on se retrouve dans le cas de figure suivant : le numéro Inami est la résultante d’une série de check-points dont l’examen d’entrée. Puis il faut réussir, bien sûr, ses études de médecine ; trois : espérer que le filtre à l’entrée fonctionne chaque année. Sur le point que ce filtre n’est pas efficace, elle a raison : on ne peut pas savoir à l’avance. C’est très malin de sa part. Elle a mis la Wallonie-Bruxelles à genoux en lui imposant un filtre. La FWB a accepté le filtre. Elle annonce maintenant que les étudiants sont en danger suite au mauvais fonctionnement du filtre. Ensuite, elle promet de sauver les étudiants qu’elle vient de menacer. Un coup de maître. Un cirque intelligent mis en place par le gouvernement fédéral. Car la Wallonie et Bruxelles diplôment trop de médecins mais par rapport à quoi ? Par rapport aux standards édictés par le gouvernement lui-même mais considérés par le conseil d’Etat en 2016 comme non conformes aux besoins réels en santé publique !

Donc, nous ne formons pas trop de médecins ?

Non ! Nous n’allons remplacer que 46% des médecins qui partent à la pension en 2020. Moins d’un médecin sur trois sera remplacé selon les calculs du Cium. Là où je donne raison à Mme De Block, c’est qu’effectivement nous avons trop de MG par rapport au nombre de spécialistes. Mais elle ne l’exprime jamais en équivalent temps plein mais en nombre de médecins. Or les pourcentages sont relatifs.

En ETP, vous pensez que notre déficit de MG serait moindre par rapport à la Flandre ?

La Flandre en a plus car elle a standardisé ses sous-quotas de MG depuis des années. Ceci dit, la Flandre aura quand même trop de spécialistes d’ici 2025. Ce sera le cas en Flandre en chirurgie et en gynécologie. En gynécologie, on estime qu’un médecin sur deux ne trouvera plus de boulot en raison de la pléthore qui y règne. En Flandre, les choses ne vont donc pas mieux.

Si même on convainquait Mme De Block (et la Flandre) de diplômer davantage de médecins, les universités ont-elles la capacité de les former ? Mme De Block parle de 500 par an maximum…

A mon avis, il faut dépasser le cadre idéologique. Pour moi, ce qu’il faut faire c’est avoir, une bonne fois pour toute, un cadastre dynamique du nombre de spécialités en ETP publié chaque année. Alors qu’il reste dans le l’ombre pour le moment. Deux : il faut définir quelles sont les tâches et les responsabilités d’un médecin dans le système de soins de santé. Trois : quelles compétences du médecin peuvent être transférées vers d’autres spécialités et aussi entre spécialités ? Il est nécessaire de savoir par habitant selon les zones de combien de numéros Inami on a besoin. Or depuis des années, on parle de sélection avant de poser la question :  » Avons-nous besoin ou pas et de quelle quantité de médecins ?  » On le voit dans les hôpitaux. Les médecins sont débordés. Les assistants font du boulot de secrétariat. Tout n’est pas blanc ou noir. Ces tâches administratives ne doivent pas être faites par des médecins. La question des sous-quotas par spécialité est cruciale également : pédiatrie, psychiatrie, médecine interne. La question cruciale pour le prochain gouvernement est la suivante : Voulons-nous sauver le système de santé ou l’enterrer ?

Ne manque-t-il pas de concertation ?

Bien sûr. Il n’y a pas que Madame De Block. De l’autre côté aussi, nous avons des parties en présence qui ne savent pas négocier.

Ce sera un enjeu du confédéralisme, ne pensez-vous pas ? L’idée que si on scindait les soins de santé, chacun aurait ses propres quotas et les vaches seraient bien gardées…

Cela me fait peur. Car avec les chiffres de certains partis politiques, nous arriverions à une précarisation de la profession médicale. Car si on laisse 4.000 jeunes médecins arriver sur le marché du travail, nous ne pouvons pas payer tous ces assistants. Cela renverrait au cas de l’Italie où 10.000 médecins arrivent en dernière année mais seulement 1/3 peut bénéficier d’une bourse pour se spécialiser ! En Italie, il n’y a pas réellement d’échec pendant les études universitaires (un peu comme le décret Paysage) et on peut continuer ses études ad vitam en quelque sorte. La moitié des médecins arrivent en dernière année. La solution en Belgique est sans doute celle que je prône depuis pas mal de temps : un bachelier commun en soins de santé et donner trois ans aux étudiants pour  » maturer  » en sciences de la santé et puis choisir une filière médicale. Peut-être avec un cadastre à jour, pourrait-on fonctionner sans sélection en misant sur la  » sélection naturelle  » au sein de ce bachelier.

Puisque l’examen d’entrée francophone ne donne pas satisfaction, devrait-on revenir à une forme de concours qui soit en adéquation avec les quotas Inami ?

Il faut faire quelque chose par rapport à cet examen d’entrée. Dans le cadre actuel, les étudiants qui passent avec un système  » non efficace « , ils n’obtiennent pas forcément le diplôme. Il faut dans les deux prochaines années retirer de toute logique politique le sort des étudiants des deux prochaines cohortes. Le prochain gouvernement devra trancher le problème de l’arrêté-royal de juillet 2017. Reste-t-il en place ? Redéfinit-on les quotas ? Sinon pour sauver les étudiants, il faut mettre en place en effet la pire solution, à savoir un concours en première avec places limitées.

Reste à savoir quand on aura un prochain gouvernement… On ne l’aura pas au mois de juin…

C’est la raison pour laquelle je  » râlais  » en novembre 2018. Car les étudiants admis en 1er BAC en 2018 vivent toujours dans l’incertitude. C’est une urgence. Les politiques francophones en sont conscients…

Article publié dans le Journal du Médecin, le 28-01-2019

Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

La détection précoce des syndromes génétiques est un challenge de taille en médecine moderne, puisque ceux-ci concernent environ 1 personne sur 10. L’intelligence artificielle (IA) qui se décline déjà dans plusieurs domaines de la médecine, vient mainenant prêter main forte aux généticiens grâce à la reconnaissance faciale des principaux traits associés aux syndromes. Le résultat : l’IA associé à la technologie DeepGestalt fournit 91% des top 10 diagnostics différentiels sur 502 images différentes.

Technologie développée par la société FDNA, DeepGestalt intègre la plateforme Face2Gene. Il s’agit d’une plateforme gérée par les utilisateurs, qui utilise des réseaux neuronaux pour reconnaitre des images de patients. L’article concernant cette nouvelle technologie a fait récemment l’objet d’une publication dans la revue Nature Medicine.

L’application de la reconnaissance faciale dans le cadre des syndromes génétiques était une évolution très attendue des applications de l’intelligence artificielle en médecine. En effet, la mise en évidence d’une maladie génétique est dans la plupart des cas l’aboutissement d’une vraie « épopée diagnostique » très longue et couteuse.

La plupart des syndromes possèdent par contre des morphologies faciales caractéristiques qui peuvent attirer l’attention du spécialiste en génétique clinique.

Pour « entrainer » cette intelligence artificielle non consciente (deep learning), les chercheurs ont recueilli plus de 17000 images représentant plus de 200 syndromes. Les réseaux neuronaux sont appliqués à l’image une fois que chaque photo est transformée pour normaliser les visages (grâce aux principales composantes de la face ou facial landmarks).

DeepGestalt peut fournir au généticien les top 1, 5 et 10 diagnostics différentiels résultants de son approche (c’est-à-dire, elle propose des listes des 1 à 10 diagnostics meilleurs correspondants au visage fourni). D’après les chercheurs, l’approche « top 10 » représente la vraie utilité de la technologie, qui est proposé comme aide au généticien pour le diagnostic. Pour cette approche, l’IA s’est montrée efficace : 91% de bons groupes de diagnostics différentiels ont été proposés sur 502 images différentes.

La technologie peut également se pencher sur le diagnostic du génotype du syndrome présenté, lorsque différents génotypes présentent la même présentation clinique, dans le cadre d’une approche « top 1 ». Les résultats montrent une précision de diagnostic top 1 à 64% dans ce cas.

Pour le futur, les auteurs déclarent que ce groupe de techniques servira à la priorisation des résultats génétiques et permettre enfin une amélioration de la tant attendue precision medicine.

 

Article publié dans Numérikare, le 21-01-2019

Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

person holding pen and life insurance paper beside macbook pro
Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Le Comité inter-universitaire des étudiants en médecine (Cium) appelle mercredi à une concertation urgente entre les associations étudiantes, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le fédéral afin de trouver une solution pour les étudiants en médecine. La ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, a annoncé mardi à la Chambre son intention d’instaurer une attestation de contingentement en fin d’études de médecine, obligatoire pour obtenir une place de stage et un numéro Inami.

L’origine de cette décision remonte en réalité au mois de juillet 2017, rappelle Giovanni Briganti, président du Cium, lorsque l’arr&e circ;té royal régissant les numéros Inami a été modifié. Désormais, un numéro Inami n’est octroyé « que si et seulement si un contingentement efficace est mis en place pendant les études », souligne M. Briganti.

Or, l’examen d’entrée du côté francophone n’a pas été jugé efficace en 2018: sur les deux sessions organisées, 1.138 candidats ont été déclarés lauréats en médecine pour un peu moins de 600 numéros Inami disponibles. « Un concours en fin de sixième année d’études se dessine dès lors ce qui serait un scénario catastrophique », alerte le président du Cium.

Pour ce dernier, une solution peut toutefois être encore trouvée pour sauver les futurs étudiants et ceux en cours de cursus. « Mme De Block veut en réalité qu’un concours soit organisé en début d’année. Ce n’est pas une solution souhaitable pour nous car la Fédération Wallonie-Bruxelles manque de médecins mais cela pourrait résoudre la situation des étudiants actuels et éviter que le problème ne survienne à nouveau l’an prochain », explique Giovanni Briganti.

Il appelle à des négociations de toute urgence, avant que les différents gouvernements n’entrent en affaires courantes vu les élections qui s’annoncent. Sinon « on va condamner les étudiants de l’an prochain à un massacre », prévient-il.

Les étudiants lauréats en 2018 finiront leurs études en 2024 où 505 numéros Inami seront octroyés en raison du lissage négatif opéré. En effet, la Fédération Wallonie-Bruxelles a diplômé trop d’étudiants en médecine pendant de nombreuses années. Elle doit « rembourser » en quelque sorte ces étudiants surnuméraires à hauteur de 102 numéros Inami par an pendant 15 ans, indique M. Briganti

 

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE SPÉCIALISTE, LE 21-11-2018

Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Le 18 décembre 2017

Monsieur le Ministre de l’Enseignement supérieur,

 

A l’orée du blocus, c’est dans l’urgence que les représentants des étudiants en médecine et dentisterie s’unissent pour attirer votre attention sur une situation partiale.

Le vendredi 8 décembre dernier, le tribunal de première instance de Bruxelles autorisait une dizaine d’étudiants à poursuivre leur 1ère année malgré leur échec à l’examen d’entrée. Ces étudiants ont tous en commun d’avoir validé entre 30 et 44 crédits. Certains, en allègement, n’avaient pas obtenu le nombre de crédits prévus dans leur convention, d’autres n’en n’avaient pas conclu.

Dans un souci d’égalité et d’équité, nous vous demandons d’étendre au plus vite cette autorisation à tous les étudiants ayant réussi entre 30 et 44 crédits. Laisser poursuivre leur cursus aux seuls étudiants dont les parents avaient les moyens d’intenter un recours nous semble profondément injuste.

Une fois encore, nous déplorons que les étudiants soient forcés de s’appuyer sur des démarches en justice pour faire progresser le dossier au niveau politique.

Nous insistons sur le caractère urgent de cette requête car de nombreux étudiants inscrits provisoirement dans d’autres filières sont aujourd’hui dans l’expectative, au seuil de la période stressante des examens.

Nous espérons que notre appel sera entendu dans les plus brefs délais.

 

Pour les étudiants en médecine et dentisterie,

 

Giovanni Briganti (CIUM – Comité Inter-Universitaire des Etudiants en Médecine)

Olivier Coppens (UNECOF – Union des Etudiants de la Communauté française)

Timoté Fallais (AGE – Assemblée Générale des Etudiants de l’UNamur)


Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Ce 18 août 2017, notre Co-président, Quentin Lamelyn, témoigne de l’état des soins de santé en Belgique et du questionnement qu’il induit chez les étudiants en médecine quant à la possibilité de s’expatrier.

Lire l’article


Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Le CIUM lance des cours préparatoires gratuits à l’examen d’entrée. Première séance sur l’empathie ce lundi 21 août de 18 à 20 h au 24, rue des Dominicains, 7000 Mons.

Lire le communiqué

Télécharger les contenus des cours


Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Des difficultés à comprendre la problématique INAMI? Tous les recours en cours et les décrets ainsi que les conséquences possibles semblent s’empiler l’un après l’autre et vous ne savez plus les différencier? Qu’est-ce qui distingue, en somme, un concours en fin de première d’un examen d’entrée ? Quels sont les enjeux politiques derrière le Numerus Clausus?

Notre Co-Président Giovanni Briganti a écrit une chronique pour le Le journal du Médecin en rapport avec la complexité du dossier INAMI.

Il parcourt le chemin des multiples décrets, combats étudiants et recours qui se sont enchaînés en Fédération Wallonie Bruxelles et met en perspective le futurs des prochaines cohortes 2018-2020 dans le contexte politique actuel.

Lire la chronique


Notice: Undefined index: show_postmeta in /home/cium/public_html/wp-content/themes/cium/template-part-postmeta.php on line 2

Leave a Comment

Page suivante »