Cette proposition est mauvaise à la base : les flamands pratiquent depuis 1 an un concours d’entree a places fixées (numerus fixus) tandis que la FWB possède (encore pour l’instant) un examen d’entree (réussite ou échec). De plus, l’éducation de l’enseignement secondaire et supérieur n’etant pas une compétence fédérale, il serait improbable de sélectionner nos étudiants de la même façon.
Il s’agit d’une proposition non pertinente et non nécessaire qui n’a fait qu’attiser les différences idéologiques et politiques des acteurs du dossier. Comme si, rassembler les francophones sur la question était quelque chose de facile à la base!
Plus sérieusement, la FWB est seulement en train d’essayer de se relever suite à 6 ans de politiques fédérales-communautaires complètement bipolaires. De plus, nous venons de perdre, avec une proposition de loi visant à limiter les médecins étrangers, une source stable de comblement de la pénurie de médecins en communauté française.
Il faut que les politiques cessent de « déconner » sur le dossier INAMI! Pour l’instant, la situation francophone est sous audit suite à une conférence interministérielle. Les pas nécessaires à effectuer seront déterminés prochainement, en espérant qu’ils soient dans l’intérêt de clôturer ce dossier infâme.