Etudes de médecine – Le Cium appelle à une concertation avec la Fédération Wallonie-Bruxelles et le fédéral

person holding pen and life insurance paper beside macbook pro
Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Le Comité inter-universitaire des étudiants en médecine (Cium) appelle mercredi à une concertation urgente entre les associations étudiantes, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le fédéral afin de trouver une solution pour les étudiants en médecine. La ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, a annoncé mardi à la Chambre son intention d’instaurer une attestation de contingentement en fin d’études de médecine, obligatoire pour obtenir une place de stage et un numéro Inami.

L’origine de cette décision remonte en réalité au mois de juillet 2017, rappelle Giovanni Briganti, président du Cium, lorsque l’arr&e circ;té royal régissant les numéros Inami a été modifié. Désormais, un numéro Inami n’est octroyé « que si et seulement si un contingentement efficace est mis en place pendant les études », souligne M. Briganti.

Or, l’examen d’entrée du côté francophone n’a pas été jugé efficace en 2018: sur les deux sessions organisées, 1.138 candidats ont été déclarés lauréats en médecine pour un peu moins de 600 numéros Inami disponibles. « Un concours en fin de sixième année d’études se dessine dès lors ce qui serait un scénario catastrophique », alerte le président du Cium.

Pour ce dernier, une solution peut toutefois être encore trouvée pour sauver les futurs étudiants et ceux en cours de cursus. « Mme De Block veut en réalité qu’un concours soit organisé en début d’année. Ce n’est pas une solution souhaitable pour nous car la Fédération Wallonie-Bruxelles manque de médecins mais cela pourrait résoudre la situation des étudiants actuels et éviter que le problème ne survienne à nouveau l’an prochain », explique Giovanni Briganti.

Il appelle à des négociations de toute urgence, avant que les différents gouvernements n’entrent en affaires courantes vu les élections qui s’annoncent. Sinon « on va condamner les étudiants de l’an prochain à un massacre », prévient-il.

Les étudiants lauréats en 2018 finiront leurs études en 2024 où 505 numéros Inami seront octroyés en raison du lissage négatif opéré. En effet, la Fédération Wallonie-Bruxelles a diplômé trop d’étudiants en médecine pendant de nombreuses années. Elle doit « rembourser » en quelque sorte ces étudiants surnuméraires à hauteur de 102 numéros Inami par an pendant 15 ans, indique M. Briganti

 

ARTICLE PUBLIÉ DANS LE SPÉCIALISTE, LE 21-11-2018